03 88 23 13 01
maisonlatine@gmail.com
7 rue de la Course
67000 Strasbourg - France

Exposition

Expostion mois de  Décembre
Dans la mine Grito de Piedra à Potosi, Bolivie
Exposition de photographies de Cédric Jager
 
Les mines de Potosi ont longtemps renfermé les plus importantes réserves d’argent au monde, assurant la prospérité de toute la région, notamment aux XV ème et XVI ème siècles. Aujourd’hui, 15 000 mineurs continuent d’extraire du plomb, de l’étain et du zinc dans des conditions particulièrement difficiles. Ce photo-reportage a pour objet le travail quotidien des mineurs boliviens.
 
Vernissage le 7 décembre à partir de 18h30
Horaire de visite de lundi à vendredi de 16h à 20h
Fermé le week-end
 

Exposition mois de Noviembre

Jetables : “Netoyage social”
Photo installation de Manuel Velandia
Il s’agit d’une réflexion artistique multidiciplinaire sur le conflit armé en Colombie qui unit performance, photographie et installation. Une façon de collaborer à la construction de la mémoire historique.

Exposition du mois de Septembre 2017

jeudi 7 à mercredi 20 de 18:00 à 21:00 – Carlos Albán Herrera expose au Café Libro

Exposition
La Maison de l’Amérique Latine a le plaisir d’ouvrir son cycle d’expositions 2017-2018 avec le travail de l’artiste péruvien Carlos Albán.
Carlos a gentiment accepté notre invitation même si en ce moment il travaille plutôt la sculpture. Hélas, nous n’avons pas la place pour lui proposer une expo. Mais peut être aurons nous la possibilité de visualiser son travail car nous avons prévu une rencontre avec l’artiste à la fin de la exposition.
Entre temps vous pouvez visiter cette expo du lundi au vendredi de 18h à 20h. Passez admirer le travail de Carlos Albán Herrera.

Exposition jusqu’au 30 Septembre

Café Latino
7 rue de la Course – Strasbourg

Evento en Facebook


Música, Photo – Malek du 1 au 30 juin au Café LIbro
Vernissage le 1er. Juin à partir de 19h

Vernissage Exposition de Malek Kanouni
Música, Photo – Malek du 1 au 30 juin au Café LIbro

Voilà dix ans maintenant que je connais Barcelone. J’ai connu cette magnifique ville grâce à une amie : Adriana Morros, que j’ai eu le plaisir de rencontrer en 2006 lors du Festival International de Guanajuato au Mexique. Nous sommes toujours restés en contact, et j’ai eu l’occasion de lui rendre visite à plusieurs reprises. Mais le hasard m’a fait retourner à Barcelone en 2014 et 2015 pour y présenter mes expositions « Coïncidences » et « Passages ».

Depuis j’y retourne souvent pour m’échapper du quotidien, voir la mer, me perdre dans le Gotico ou la Ciudad viella, contempler le merveilleux travail de Gaudi, visiter le musée Picasso, admirer les sculptures de Joan Miró …

Mais j’aime Barcelone pour sa musique ….

Lu. à Ve. de 18h à 21h. Petite restauration et boissons
Café Libro – 7 rue d ela Course – Strasbourg


Jeudi 6 à 19h – Vernissage de l’exposition du mois de avril
“Gravitations” une exposition d’Anne Woisson

Cette exposition réunit plusieurs séries de dessins à l’encre. Ces séries abordent, chacune à sa manière, différents aspects de la culture espagnole et latino-américaine.

Il peut s’agir d’histoire et de politique, comme dans les Désanodins (une série qui évoque des évènements historiques & politiques survenus dans certains pays d’Amérique du sud) ; de littérature, comme dans les Acertijos literarios (une série qui illustre, sous forme de devinettes, des nouvelles et des romans latino-américains) ; de poésie et de musique, comme dans la série intitulée Bandonéon (qui associe la représentation de l’instrument argentin traditionnel aux vers du poète uruguayen Mario Benedetti) ; ou encore de peinture, comme dans la série des Figuras (qui propose une réinterprétation d’un tableau du peintre espagnol Antonio López García). J’ai choisi de donner à cette exposition le nom de Gravitations, que j’ai emprunté à Jules Supervielle, d’une part parce que je suis fort sensible à l’oeuvre de ce poète et d’autre part parce que ce terme, qui évoque le mouvement, l’errance autour d’un centre qui n’est pas toujours clairement déterminé ou unique, me paraît représentatif de mon travail.

C’est d’ailleurs ce thème du déplacement (physique et intellectuel, affectif, symbolique) qui m’a amenée à intégrer à l’exposition le seul dessin qui ne relève d’aucune série et qui ne soit pas lié à la culture hispanique : ce dessin, intitulé « Comme un voyageur égaré », ouvre au vagabondage entre les différentes séries d’exposées.


Exposition du mois de Avril 2017

 


Exposition du mois de Mars 2017